Mauvaise herbe !

La règlementation nous oblige à modifier notre comportement en fonction de son impact environnemental. La commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites à partir du 1er janvier 2019. Le plan Ecophyto 2018 vise une réduction de 50% sur 10 ans de l’usage des pesticides.

Cette mesure intéresse tout particulièrement les jardiniers amateurs que vous êtes sans doute en lisant ce blog.
Nous devons apprendre à réduire, voire supprimer les produits phyto sanitaire de nos comportements dans le jardin et autres espaces verts.

TDe l’utilisation des produits phyto…

Les produits phytosanitaires ont une action limitée dans le temps. Ils sont utilisés dans le secteur agricole aussi bien que dans le secteur non-agricole pour l’entretien des jardins, des parcs dans les collectivités territoriales…
Les produits phyto regroupent tous les produits traitant les organismes végétaux et « parasites ». Plus précisément, ils désignent les produits ayant une ou plusieurs substances actives avec le but de détruire les végétaux indésirables ou au contraire de protéger les végétaux, d’en assurer la conversation ou d’augmenter leur croissance.
Les produits phyto peuvent protéger les espèces cultivées des maladies aussi bien que des insectes. Le but de leur utilisation peut aussi être d’améliorer le rendement d’une culture.
Ils ne seront pas plus efficaces si vous surdosez la quantité du produit, qui est prescrite. Vous gaspilleriez du produit uniquement. Il faut donc bien respecter les dosages, ni trop, ni moins !
Prévoir une application avec au moins 5h00 de temps sec après l’application.
De préférence après la rosée de la nuit, afin de facilité l’absorption dans le feuillage

Nombreux sont les jardiniers amateurs qui utilisent les produits phyto pour éliminer les mauvaises herbes.  Mais il ne faut pas avoir peur de cette végétation qui d’une part a une utilité et d’autre part, il faut accepter aussi qu’avoir des mauvaises herbes n’est pas un signe de négligence. Au contraire, cela peut être aussi un choix, les professionnels du jardinage n’éliminent pas systématiquement les mauvaises herbes, autant pour des raisons esthétiques que de respect de la Nature.
Saviez-vous qu’en termes de volume, la France occupe la deuxième place mondiale et la première place européenne pour la consommation de produits phytosanitaires ? Le recours aux produits phytosanitaires a augmenté de 9,4% entre 2013 et 2014. C’est notamment en raison de ces résultats que le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a publié son plan de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, le plan Ecophyto.
Adapter notre comportement c’est tenir compte notamment du développement des insectes. Sans les abeilles par exemple, il n’y aurait plus de végétation. Nous avons aussi un devoir de préservation envers les générations à venir.

Comment faire évoluer son comportement ?

C’est bien beau tout ça, mais encore faut-il nous donner des pistes concrètes et pratiques pour résoudre nos problèmes au quotidien dans notre jardin !, vous direz-nous. Certes…
Tout d’abord, vous pouvez vous tourner vers une démarche plus en harmonie avec la Nature. Ne pas éliminer les mauvaises herbes à tout va à coups d’herbicides. Les mauvaises herbes font partie de l’environnement naturel de votre jardin !
Si vous avez besoin d’avoir recours à des engrais, privilégiez une méthode plus douce, naturelle. En effet, certaines plantes peuvent servir d’engrais naturel, telle que l’ortie, qui hachée à la propriété d’être un bon fertilisant naturel.
Comment faire ? Une recette facile ! Faites macérer l’ortie hachée dans de l’eau. Patientez jusqu’à ce que de petites bulles remontent à la surface. Remuez de temps en temps. Une fois que l’odeur est atténuée, le mélange est prêt à l’emploi. Cette concoction sera à diluer lors de l’application, à raison de 1L pour 10L d’eau dans l’arrosoir.
Malgré les différentes solutions, que la nature nous offre les résultats ne sont pas toujours impeccables. N’hésitez pas à faire intervenir des jardiniers professionnels pour gérer avec vous cette transition ou pour s’occuper de vos espaces verts conformément aux nouvelles normes environnementales.
Lelievre, entreprise jardinage saura être à votre écoute pour vous proposer des services respectueux de l’environnement et de la législation.